lundi 12 février 2018

Haïti, première puissance culturelle du monde: aberration ou absurdité?

Ce soir du dimanche 11 février 2018, je suis tombé des nues devant mon petit écran, écoutant le premier ministre haïtien présenter la République d'Haïti comme la première puissance culturelle du monde. Je me demande, tout étonné, si Dr. Jacques Guy Lafontant, médecin comme moi, a bien fait le diagnostic de cette grave déclaration. Je sais bien que les neurones de l'homme politique fonctionnent à la vitesse de l'éclair. Ce qui peut facilement le conduire à la coprolalie.

Le PM vient de se perdre malheureusement dans les soubassements du néologisme phonologique.

Une culture peut-elle s'ériger en une puissance? Une puissance en comparaison à quoi? 

Le terme culture est, certes, polysémique. Toutefois, dans la situation de communication du premier ministre, il réfère à un ensemble de traditions technologiques et artistiques, de mœurs, de coutumes et de croyances qui caractérisent le peuple haïtien en tant groupe ethnique bien déterminé.

Vu sous cet angle, la culture n'est autre que la carte d'identification d'un peuple. Si les peuples sont égaux mais différents à cause de leur culture, comment prétendre que la culture de l'un peut-elle être plus puissante que celle de l'autre? Existe-t-il des indicateurs permettant de mesurer les cultures?

Le beau et le bon sont définis par les sociétés. Ce qui scintille aux yeux de l'africain n'est pas forcément brillant pour l'européen.

Haïti est plutôt pourvue d'une richesse culturelle particulière et non détentrice d'une puissance culturelle.

Son carnaval, son rara, son vodou, sa cuisine, sa musique, ses arts... attirent bien des étrangers. Combien d'européens se sont-ils déjà initiés au vodou haïtien?

La faiblesse du secteur touristique haïtien ne permet pas de vendre la particularité de la culture haïtienne. Haïti pourrait, seulement par le tourisme, s'ériger en un véritable puissance économique dans la région. Malheureusement le plus important est ce qui manque à l'état haïtien: La volonté politique.

Le premier ministre peut vraiment profiter de son passage à la tête du gouvernement relancer le tourisme en Haïti. Malheureusement, fourvoyé par l'ampleur du défilé carnavalesque, il a plutôt, de façon erronée, octroyé à Haïti l'épithète de puissance culturelle.

Haiti est une richesse culturelle et non une puissance culturelle.

Dr. Fred Jasmin