samedi 4 août 2018

Vers la destitution de Jovenel Moïse!



L’information du jour: les 16 députés qui avaient pris l’initiative d’interpeller le Premier ministre démissionnaire, sont revenus à la charge en annonçant, ce samedi, qu’un processus est en cours pour la destitution du président en place, Jovenel Moïse.

Si l’information est traitée jusqu’ici dans la rubrique « chiens écrasés », pourtant elle vaut son pesant d’or, dans la mesure où une nouvelle dynamique politique est en train de prendre corps depuis les événements du 6 et 7 juillet dernier.

C’est une menace en plus pour le président en place très décrié et humilié pour avoir menti à tout un peuple. Sa formule magique consistant à mettre l’eau, la terre, le soleil et l’homme n’est autre que du bluff. Il s’est plutôt servi de la population pour siphonner les caisses publiques et expulser pères et mères de famille de leurs propriétés qu’ils ont acquises à la sueur de leur front.

Les scandales à répétition liés à la dilapidation des fonds du trésor public soit sous forme de caravane bidon et concessions à de tiers de contrats léonins en dehors de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) sont autant d’arguments pour lesquels les députés interpellateurs décident d’engager une procédure de destitution. En plus des accusations de blanchiment d’argent sale dont il est l’objet, le chef de l’Etat qui se comporte en « chef de bandes »a pour l’instant les mains et les pieds liés politiquement avec cette nouvelle initiative des députés de l’opposition au Parlement.

Entre temps, le secteur démocratique, groupe nébuleux de l’opposition, doit se positionner en vraie force sur l’échiquier pour donner une réponse appropriée dans cette conjoncture politique particulière. Jovenel Moise n’a aucune base politique, sinon d’éléments disparates au sein de « Tet Kale » (crâne rasé), groupe politique sans idéologie aucune et d’ailleurs sans avenir. Ils sont des profiteurs de la République de par leur nom. Il y a tellement de contradictions à l’intérieur de ce pouvoir, qu’il faut s’attendre à ce que l’opposition vienne de l’intérieur.

La procédure de destitution du président de la République entre autres pour violation de la Constitution et obstruction à la justice (collusion) dans le dossier de Petro Caribe, vient à point nommer. La population doit se débarrasser au plus vite de ce pouvoir immonde avant qu’il ne soit trop tard. Faisons-le pour la République!


Jacques Kolo
4 août 2018